Podcast Innovation, Agilité et Excellence 2022

Épisode 172: Deep Dive sur les objets-médiateurs avec Frédéric Rousseau

Sommaire de l’épisode

Comment utiliser les objets-médiateurs afin de favoriser la participation active au changement? 

Frédéric Rousseau nous offre un deep dive sur les objets frontières (médiateurs) et nous explique comment ces objets permettent de s’approcher du travail réel en mobilisant d’autres régions du cerveau que celles mobilisées par la réflexion ou la pensée. 

Se rapprocher du travail réel, nous le voyons régulièrement, est un des éléments les plus importants pour réussir ses projets et ses changements.

Frédéric Rousseau

Au fil de trente ans d’expérience dans une profession de gestion de projets d’infrastructures en France et à l’international, Frédéric Rousseau développe par l’expérimentation des méthodes innovantes de gestion de projets complexes, appuyées sur l’hybridation des sciences sociales avec les sciences de l’ingénieur.  Il a dirigé la maîtrise d’ouvrage de 300 km d’autoroute et de 50 km de tunnel en France, en Grèce, au Pérou, et en Colombie notamment.

Aujourd’hui, il est responsable de la transformation numérique, de la gestion du patrimoine et de la maintenance des équipements d’un réseau autoroutier.

Finalement, il enseigne le cours intitulé “maîtrise d’ouvrage transdisciplinaire” à ESTP Paris, l’école d’ingénieur spécialisée dans le génie civil, ainsi que « mobiliser les imaginaires pour la réussite des projets territoriaux » à Science Po Lyon.

Disponible aussi sur:

À retenir

  • Les objets frontières sont des entités qui permettent de résoudre des problématiques d’ingénierie hétérogène.
  • La matérialité et le toucher sont importants dans la manipulation des objets frontières.
  • Les objets frontières favorisent la collaboration et la convergence des perspectives.
  • Les objets frontières peuvent être utilisés dans différents contextes, tels que la réponse à un appel d’offres ou la gestion d’un projet.
  • Les objets médiateurs sont des outils puissants et permettent de révéler et mobiliser des énergies latentes.

Détails de l’épisode

(00:00) Bienvenue à l’épisode 172

(01:17) Introduction

  • Frédéric Rousseau.
  • Directeur de projet digitalisation de la gestion de patrimoine et maintenance équipements chez VINCI Autoroutes.

(02:12) Les premières étapes

Comment es-tu arrivé à utiliser les objets frontières ?

  • Il y a une quinzaine d’années dans mon métier de maîtrise d’ouvrage d’infrastructure, je me suis confronté à des projets territoriaux ou les parties prenantes intervenaient vigoureusement et où les méthodes usuelles ne permettaient pas la construction du projet avec elles.
  • Les problématiques d’ingénierie hétérogène sont très fréquentes, mais difficiles à traiter avec les méthodes traditionnelles. 
  • L’ingénierie hétérogène traite simultanément des enjeux sociaux, de la technologie et de la nature.

(03:50) De l’objet-frontière à l’objet-médiateur

Qu’est-ce que l’ingénierie hétérogène ?

  • La capacité du bureau de projet de faire de l’allocation de différents sujets et de les traiter de manière interdépendante est limitée.
  • L’objet peut donc être à la fois une chose matérielle et un ensemble de scripts évolutifs.
  • Au fur et à mesure des rencontres, l’objet va faire émerger des récits.
  • L’objet reste le point d’ancrage de l’ensemble de ces récits.
  • Objet-médiateur traduit mieux la notion anglophone de “boundary object” que celle plus littérale d’objet-frontière.
  • Cela fait aussi un lien avec le management visuel important pour le lean.
  • J’ai créé le « cube d’Aladin » qui comporte des lettres différentes sur chacune des faces et qui peut avoir plusieurs significations pour les interlocuteurs au fur et à mesure de leur manipulation.
  • Il ne faut pas chercher à se mettre d’accord sur le vocabulaire, mais plutôt sur le sens 
  • On peut utiliser un objet-médiateur pour répondre à un appel d’offres: en créant un objet qui va refléter les attentes explicites et les attentes implicites du client et du territoire pour aider les rédacteurs de l’offre.
  • On peut utiliser un objet-médiateur pour rédiger un appel d’offres: en créant un objet médiateur, on peut demander une conformité à un objet plutôt qu’à 500 pages de description.
  • On peut utiliser un objet-médiateur au moment de la conception/réalisation, une fois l’appel d’offres remporté : passer quelques jours à construire un objet médiateur qui va refléter tous les aspects du projet pour assurer la continuité entre toutes les équipes qui vont se succéder tout au long du projet.
  • Bref, mobiliser une démarche d’objet-médiateur permet d’avoir des histoires individuelles qui vont s’entremêler avec des récits collectifs pour créer un rêve partageable.

(14:27)  Le potentiel des objets-médiateurs

Est-ce surtout parce qu’elle permet de s’exprimer différemment ou parce que les mains, le toucher, voire de construire permet une expression plus libre, moins censurée ? 

  • Le mot manipulation vient du latin manipulare qui veut dire “penser avec les mains”.
  • On mobilise des zones du cerveau et d’émotions dormantes qui sont complémentaires au raisonnement intellectuel pur.
  • Au plan individuel c’est la confrontation avec un objet étranger au sujet qui révèle des savoirs.
  • Dans le collectif l’objet régule les confrontations apaisées par la triangulation (savoirs, connaissances et intercompréhensions) en regardant vers le même objet.
  • Un exemple, une expérience, récent de refonte de studios radios avec des objets frontières:
    • Une maquette en bois et carton du poste du journaliste pour concerter l’ergonomie du poste de travail. 
    • Mais sa présence même proche des studios témoigne de la concertation avec les utilisateurs: elle devient une référence pour les dialogues avec les parties prenantes bien plus puissante qu’une représentation 3D numérique.
    • j’ai fait faire une enquête anthropologique (exemple d’ingénierie hétérogène) en observant et demandant comment vous travaillez aujourd’hui via une approche systémique humains-outils-procédures dont les résultats sont cristallisés dans un dessin.
    • Enfin à partir du dessin j’ai fait fabriquer plusieurs copies d’un puzzle dans une plaque de bois avec ces éléments.
    • C’est ce puzzle qui a permis d’orienter les équipes de conception, architecte, ergonome, acousticien et informaticien dans un projet unique au service des utilisateurs.
  • Ces exemples sont aisément reproductibles avec un peu d’envie et d’ouverture.
  • Par exemple pour un déménagement ça prend un objet plus ouvert permettant de représenter plusieurs aspects de la relation de l’individu au travail et au lieu où il s’exerce.

(22:56) Quels gains de temps?

Quels outils cela a-t-il remplacés ?  Quels avantages, quels gains de temps ?

  • Je ne parlerai pas de remplacement, mais d’apport majeur pour résoudre des problématiques apparemment insolubles.
  • Par exemple, en modélisation systémique, la méthode abstraite ICARE et ses 5 questions clés interdépendantes:
    • Intention : Quelles finalités et raisons d’être de ce qu’on entreprend ?
    • Contexte : Dans quel environnement ? Avec quelles parties prenantes ? Quels enjeux ? 
    • Action : Quelles activités ? Quelles fonctions ? 
    • Régulation : Quelles organisations, interactions, gouvernance, pour que ces fonctions concourent vers l’intention ?
    • Évolution : Quelles dispositions pour maintenir le système pertinent au fil du temps en intégrant les évolutions du contexte et de l’intention ?
  • L’objet-médiateur permet des mises en œuvre rapides de ce type de modélisation systémique.
  • L’objet-médiateur est inclusif par définition et du coup, il mobilise des énergies latentes.
  • On ne va pas nécessairement aller plus vite, mais de manière plus robuste et sans se perdre en route.

(26:38) Jeu et travail

Comment surmonter les réticences, comment arrives-tu à convaincre les gens sérieux et pressés d’utiliser des objets-médiateurs?

  • Le genre de réflexions que je peux entendre : « Frédéric tes objets, ça va !  je t’ai connu en chef de projet sérieux, reprends-toi! »
  • En matière d’innovation, il ne faut pas demander l’autorisation, mais travailler dans l’espace de tolérance .
  • C’est l’efficacité visible de la méthode en se propageant qui va convaincre de l’utilisation et c’est un travail à renouveler en permanence.
  • J’ai eu la chance d’organiser un séminaire d’une journée avec la méthode LEGO® SERIOUS PLAY®  et les participants se sont trouvés saisis par la force de l’objet.
  • Ce séminaire a illustré la puissance des objets frontières et permis d’autres usages 
  • Je n’ai jamais vu un être humain résister à prendre dans sa main un objet posé sur la table à son intention.
  • Dès qu’il a l’objet dans la main, son attention vous appartient, il change de registre, il s’ouvre aux émotions et aux relations.
  • La pérennité de ces objets est tout aussi étonnante et c’est une raison pour laquelle chacun doit pouvoir repartir avec un objet.

(30:03) L’impact des objets-médiateurs

Quel impact a ces approches sur votre manière de travailler ? 

  • L’usage d’objets médiateurs permet de maintenir du flou mobilisable par les parties prenantes au long du projet.
  • Aussi sa capacité à forger très rapidement des collectifs dans des milieux hétérogènes: langues différentes, métiers différents, visions différentes, etc.
  • Je l’utilise en début de projet lors de la constitution d’une équipe pour incarner le sens du projet et doter immédiatement les personnes de principes d’actions activables en autonomie d’action.

(31:39) Objets-médiateurs et IA

Vois-tu un lien entre IA et ces méthodes ?  L’IA générative te permettra-t-elle d’aller encore plus vite avec ces objets-frontières ?

  • L’objet-médiateur est la combinaison d’un objet et de scripts.
  • L’apport actuel de l’IA réside dans l’assistance à la génération de scripts complémentaires, personnalisés, adaptés à chacune des parties prenantes.
  • Par contre pour la conception de l’objet médiateur lui-même sous forme d’objet physique, laquelle relève d’une créativité transdisciplinaire, ce n’est pas le point fort de l’IA actuelle qui par définition reproduit des schémas existants.

(32:55) Prospective managériale

Que vois-tu dans ta boule de cristal en matière de management ?  

  • Je fais 2 constats dans mon secteur d’activité:
    • la raréfaction des ressources humaines,
    • la difficulté d’engagement des nouvelles générations. 
  • Les méthodes de management classiques basées sur les processus et les indicateurs vont continuer à exister et à se diversifier
  • Elles vont devoir s’enrichir par des méthodes basées sur le sens, principes de management encore parfois considérés comme marginaux, pour continuer à prendre de l’ampleur.
  • Les collectifs qui constituent les organisations sont de plus en plus mouvants: c’est la logique d’entreprise étendue où l’appui des objets-médiateurs peut permettre de capter des énergies et des connaissances latentes.

(36:07) Conclusion

Ressources

Coordonnées

Références

Podcasts

Écoutez plus: