Podcast Innovation, Agilité et Excellence 2022

Épisode 43: Innovation et Blockchain avec Eric Seulliet de la Fabrique du Futur

Sommaire de l’épisode

En compagnie d’Éric Seulliet de la Fabrique du Futur, nous discutons d’innovation et de blockchain.

Eric Seuillet, diplômé de HEC Paris et de l’Institut d’urbanisme de Paris, est aujourd’hui président du Think Tank La fabrique du Futur qui a pour mission de promouvoir de nouvelles approches en innovation: co-création, innovation centrée sur l’usager, innovation participative et bien sûr design thinking.  

Il est également vice-président de France Living Labs, le réseau des living labs Français au sein de l’ENOLL, en plus de conseiller ou de siéger sur des conseils d’administration d’associations et de sociétés œuvrant dans le domaine de l’innovation. Il a organisé plusieurs conférences internationales sur ces sujets, notamment la Blockchain Agora. 

Il se passionne pour la prospective, l’innovation participative et, c’est sur ce sujet que nous voulons lui parler aujourd’hui, la Blockchain.

Disponible aussi sur:

Détails de l’épisode

(0:00) Bienvenue à l’épisode 43

  • Entrevue avec Eric Seulliet de la Fabrique du Futur.

(0:27) Introduction 

(1:25) Innovation et révolution numérique

  • Qui mène qui? Qui est la poule et qui est l’œuf?
  • Les deux vont de pair: le numérique favorise l’innovation et l’innovation favorise le numérique.

(02:58) Révolution numérique et prospectives

  • Que veut dire “révolution numérique” pour toi et quelles sont tes prospectives à court et moyen terme?
  • Révolution technologique d’une part. 5G par exemple: comment traiter les données, les transporter.
  • Évolutions 3D, réalité augmentée, métavers, les univers immersifs.
  • Génération ou production de données, accès aux données, usage des données, qui est aussi une révolution sociétale et qui doit pouvoir profiter à toutes et à tous.

(04:43) Révolution numérique et développement économique

  • La révolution numérique serait-elle un facteur de développement économique ?
  • C’est un facteur de développement social et sociétal.
  • C’est aussi une manière de sauter par-dessus certaines technologies pour des pays isolés.

(06:32) 5G et ordinateurs quantiques

  • 5G et ordinateurs quantiques: moteurs ou conséquences?
  • Toute technologie doit être appropriée par des usages et/ou des nouveaux usages.
  • Ce sont les besoins qui vont déterminer le succès et l’adoption. Pensons aux besoins de mobilité ou encore aux besoins de puissance de calcul.

(07:45) La Blockchain

  • Tu as organisé la Blockchain Agora à Paris à l’automne 2016, 17 et 18. Comment ton regard sur la blockchain a-t-il changé depuis?
  • La blockchain est surtout un outil pour faciliter les transactions. Pas uniquement les transactions monétaires.
  • Par exemple dans un living lab, lieu d’innovation centrée sur l’usager ou d’innovation ascendante, une blockchain permet la traçabilité des idées. C’est utile pour un collectif qui fait de la co-création et permet la reconnaissance des contributions. Autrement dit de “rendre à César ce qui appartient à César”.
  • Il y a une multitude d’applications pour la Blockchain: finance, intelligence artificielle, propriété intellectuelle, santé, culture.
  • On s’intéresse désormais aux aspects contributifs de la blockchain: la création de biens communs par exemple. Et on a fait la “blockchain for good”: comment l’utiliser pour résoudre des problèmes tels que la pauvreté, le réchauffement climatique.
  • La blockchain rend les gens autonomes et prémunit contre la phagocytation par des entités puissantes ou à structurer des organisations, par exemple les Decentralized Autonomous Organizations ou DAO, qui fonctionnent.

(14:40) Domaines d’application

  • La téléphonie mobile a pris son envol avec l’harmonisation des protocoles. Le vois-tu pour la Blockchain et si oui à quel terme? Ou au contraire ce ne serait pas souhaitable?
  • Il y a plusieurs exemples d’applications: la traçabilité des aliments, celle de la production d’énergie.

(16:29) Une avenir optimiste

  • Tu es président de la Fabrique du Futur. Quel avenir optimiste peux-tu dresser pour nous aujourd’hui?
  • On a une vision panoramique des choses. L’intérêt vient des regards croisés, de différents domaines. Il est aussi question de l’échelle du temps, en évitant le trop court terme. On prend aussi les en compte les 17 objectifs de développement durable de l’ONU, qui nous donnent un cap et couvrent une très large palette de problématiques qui impactent tout le monde.
  • La Fabrique du Futur est à sa base créée pour tenter de voir comment réconcilier l’innovation technologique avec l’innovation sociétale ou citoyenne et pour tenter de faire rencontrer les acteurs des deux côtés. Donc c’est une approche “Tech for good”: comment les technologies peuvent être mobilisées pour le bien commun.

(20:17) Porter attention

  • Et ton regard plus sombre?
  • Il faut s’assurer que de mettre de la conscience et de l’éthique dans ce qu’on fait et rester vigilant sur les intentions.

(21:53) Le pouvoir politique et citoyen

  • On a l’impression que le pouvoir politique ou le pouvoir citoyen est en retard sur les questions technologiques. Est-ce vraiment le cas?
  • Il y a de plus en plus d’appropriation à mesure que les personnes deviennent acculturées à ces technologies. En devenant “sachantes” et autonomes, les citoyens et le milieu associatif deviennent moteur de l’innovation sans tout attendre des politiques. Les politiques ont tendance à réfléchir en termes de la durée de leur mandat et ont de la difficulté à se projeter à un horizon 10, 15 ou 20 ans.

(23:23) À retenir

  • Quel message souhaiterais-tu envoyer à un dirigeant politique, d’entreprise ou d’association d’aujourd’hui au vu de ce dont nous venons de discuter?
  • Il faut rester ouvert: l’innovation ouverte, l’intelligence collective, la collaboration. J’invite les personnes en responsabilité à collaborer avec les partenaires, les parties prenantes, le grand public de manière à avancer ensemble.
  • Par exemple: la démocratie participative où les citoyens peuvent prendre plus facilement la parole. On travaille sur le living lab “distribué” ou réparti pour faciliter la collaboration en utilisation la technologie pour faciliter ces échanges.

(27:16) Conclusion

Ressources

Coordonnées

Podcast

Écouter plus:

0 commentaire

Pin It on Pinterest

Partagez